Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 janvier 2012

Un musée du dix-huitième siècle.

La France devrait se doter d’un musée du XVIIIe siècle.

Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour le justifier.

  1. L’importance du XVIIIe siècle dans l’histoire de la France, de l’Europe et du monde, tant sur le plan des événements que de l’art ou des sciences est telle qu’elle justifie la création d’un musée qui lui soit dédié. ce musée montrer ainsi l'influence du du XVIIIe siècle sur notre époque.
  2. Ce musée serait pour le XVIIIe ce que le Musée d’Orsay est pour le Xe siècle. Il deviendrait vite un des emblèmes de Paris et un phare de la culture mondiale attirant les touristes du monde entier. Il contribuerait au rayonnement de la France et à son enrichissement par le surplus de tourisme qu’il amènerait.
  3. La France dispose de nombreuses œuvres pour enrichir un tel musée. Il ne serait pas nécessaire d’appauvrir les collections d’autres musées comme le Louvre pour créer un ensemble de collections unique au monde. Une politique active d’acquisitions permettrait rapidement au musée d’offrir au public une large présentation de l’art raffiné du XVIIIe siècle.
  4. Le fait que d’autres musées présentent des œuvres du XVIIIe siècle n’est pas gênant car les collections des musées peuvent s’entrecouper. Une saine émulation entre institutions culturelles peut être une source de dynamisme.
  5. La création de musée thématique favorise les études sur les thèmes qu’ils traitent. Une institution qui fonde sa notoriété sur un créneau culturel particulier tend à dynamiser les recherches sur celui-ci et à accroître la connaissance du public à son égard.
  6. Le public national et international apprécierait grandement la création d’un tel musée. Les électeurs français, qui sont souvent sensibles l’importance de la politique culturelle, apprécieraient que des hommes politiques soutiennent une telle initiatives.

Alaric Osmond

 

Les commentaires sont fermés.