Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 août 2009

Le Palais-Royal doit être unifié et devenir un des phares de la Culture à Paris

Le Palais-Royal est un des plus beaux monuments de Paris. Cette merveille architecturale est étroitement associé à l’histoire de Paris et de la France.Malheureusement, ses potentialités culturelles sont gâchées par la fait qu'il est actuellement occupé par plusieurs institutions. Le conseil d’Etat, le conseil constitutionnel ou le ministre de la Culture qui pourraient et devraient disposer de sièges particuliers rendent impossible par leur présence le déploiement des enthousiasmantes possibilités du Palais-Royal.

En effet, s’il était libéré de ces institutions, il pourrait devenir l’un des grands pôles culturels de la ville de Paris. Par exemple, il pourrait devenir un des grands musées de Paris. De nombreux thèmes sont envisageables.

Pourquoi ne deviendrait-il pas le grand musée d’art et de peinture du XVIII ème siècle comme le musée d'Orsay est celui du XIX ème siècle ?

Une autre solution logique et cohérente avec son histoire serait que l'ensemble du site du Palais-Royal soit dédié au théâtre. Le Palais Royal deviendrait ainsi le grand centre du théâtre français : on pourrait y aménager une bibliothèque, une médiathèque, un centre de conférences, un grand musée, le tout consacré au théâtre français et mondial. La présence de la Comédie française plaide en ce sens.

Certes, des problèmes techniques comme ceux liés à la sécurisation et à la préservation du site pourraient être gênants dans le cadre d'un tel projet de cité du théâtre. Néanmoins, d'autres idées pourraient être avancées.  Il y a dans les réserves des musées nationaux de quoi alimenter de nouveaux musées thématiques.

Unifié, le Palais Royal verrait ses potentialités décupler. Entièrement réaménagé dans le cadre d’un projet cohérent, logique et amitieux, sa force d’attraction culturelle en ferait un des joyaux de Paris. A l’unité architecturale correspondrait une unité de vocation culturelle d’envergure.

Bien sûr, tout cela nécessiterait plusieurs déménagements. Pour ce qui est du bureau du ministre de la Culture, il faut rappeler qu’un ensemble d’immeubles a été affecté au ministère de la culture. Le rassemblement de tous les services du ministère de la culture sur un seul site pourrait permettre au ministre de s'installer au milieu de son administration. Cependant, ce ne sont pas les bureaux du ministère de la Culture qui occupent le plus de place et on pourrait envisager qu'ils y demeurent.

Déménager le conseil d’Etat et le conseil constitutionnel est aussi parfaitement possible et ce serait nécessaire dans le cadre d'un grand aménagement. Ces hautes institutions ont vocation à libérer le Palais-Royal. La qualité de leur travail n’aurait rien à perdre d’une délocalisation qui leur permettrait de travailler dans de meilleures conditions au sein d’espaces plus fonctionnels et modernes. Ils pourraient rejoindre dans des bâtiments neufs, fonctionnels et signés par les architectes les plus renommés la Cité judiciaire de Paris. Il y a suffisamment de très grands architectes en France ou à l’étranger pour envisager la construction d’édifices spacieux et haut de gamme et dignes du conseil d’Etat et du conseil constitutionnel

Les pouvoirs publics doivent comprendre que c’est une nécessité historique d’unifier le Palais Royal. Ce n'est qu'en lui donnant une affectation unique que ce site historique pourra offrir la pleine mesure de ses potentialités culturelles.

Un président de la République a su imposer le départ du ministère des Finances pour donner au Louvre son unité. Je pense que l'on pourrait de même unifier le Palais Royal pour que le pays tout entier et au-delà puisse profiter de ce bijou. Unifié, dans le cadre d'un Paris polycentrique, culturellement constellé d'institutions culturelles prestigieuses et identifiées à des sites non moins prestigieux architecturalement, le Palais Royal ne serait plus un bric-à-brac mais un des phares de la culture à Paris.

Il semble que Louis-Philippe, dans les premiers temps de son règne ait souhaité y demeurer plutôt que de s’installer aux Tuileries. C'est dommage car en abritant le roi des Français et sa famille, le Palais Royal aurait trouvé une vocation conforme à son nom. Il aurait été agrandi et embelli, entouré de places le mettant en valeur (au lieu d'être coincé entre des rues étroites).

Cela aurait également permis de faire des Tuileries un autre musée, le pendant naturel du Louvre. Le Louvre aurait pu abriter les collections étrangères et les Tuileries les collections françaises (rôle qui avait été attribué au château de Versailles dans les années qui ont suivi l’instauration de la République). Les Tuileries siège de pouvoirs royaux, révolutionnaires et impériaux aurait également alors pu faire un excellent musée de l'histoire de France (rôle que Louis-Philippe attribua finalement à Versailles). La présence du musée de l’histoire de France aux Tuileries, notamment par sa proximité avec le Louvre aurait pu donner à notre histoire un rayonnement et une notoriété sans pareil dans le monde.

Mais rien n’est perdu. Il suffira de quelques volontés bien inspirées en haut lieu pour unifier enfin le Palais Royal ou reconstruire les Tuileries. Les citoyens français et des autres pays du monde peuvent légitiment espérer ou œuvrer pour que ces projets aboutissent.

08:45 Publié dans Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.